Miles Standish: Traduction en Français et Paroles - Henry Wadsworth Longfellow

La Traduction en Français de Miles Standish - Henry Wadsworth Longfellow et les Paroles originales de la Chanson
Miles Standish: Paroles et Traduction en Italien - Henry Wadsworth Longfellow Italien
Miles Standish: Paroles et Traduction en Anglais - Henry Wadsworth Longfellow Anglais
Miles Standish: Paroles et Traduction en Espagnol - Henry Wadsworth Longfellow Espagnol
Miles Standish: Paroles et Traduction en Français - Henry Wadsworth Longfellow Français
Miles Standish: Paroles et Traduction en Allemand - Henry Wadsworth Longfellow Allemand
Miles Standish: Paroles et Traduction en Portugais - Henry Wadsworth Longfellow Portugais
Miles Standish: Paroles et Traduction en Russe - Henry Wadsworth Longfellow Russe
Miles Standish: Paroles et Traduction en Néerlandais - Henry Wadsworth Longfellow Néerlandais
Miles Standish: Paroles et Traduction en Suédois - Henry Wadsworth Longfellow Suédois
Miles Standish: Paroles et Traduction en Norvégien - Henry Wadsworth Longfellow Norvégien
Miles Standish: Paroles et Traduction en Danois - Henry Wadsworth Longfellow Danois
Miles Standish: Paroles et Traduction en Hindi - Henry Wadsworth Longfellow Hindi
Miles Standish: Paroles et Traduction en Polonais - Henry Wadsworth Longfellow Polonais
Vous trouverez ci-dessous les paroles , la vidéo musicale et la traduction de Miles Standish - Henry Wadsworth Longfellow dans différentes langues. La vidéo musicale avec la piste audio de la chanson commence automatiquement en bas à droite. Pour améliorer la traduction, vous pouvez suivre ce lien ou appuyer sur le bouton bleu en bas.

Miles Standish
Paroles de Henry Wadsworth Longfellow

In the Old Colony days, in Plymouth the land of the Pilgrims,
To and fro in a room of his simple and primitive dwelling,
Clad in doublet and hose, and boots of Cordovan leather,
Strode, with a martial air, Miles Standish the Puritan Captain.
Buried in thought he seemed, with his hands behind him, and pausing
Ever and anon to behold his glittering weapons of warfare,
Hanging in shining array along the walls of the chamber,—
Cutlass and corselet of steel, and his trusty sword of Damascus,
Curved at the point and inscribed with its mystical Arabic sentence,
While underneath, in a corner, were fowling-piece, musket, and matchlock.
Short of stature he was, but strongly built and athletic,
Broad in the shoulders, deep-chested, with muscles and sinews of iron;
Brown as a nut was his face, but his russet beard was already
Flaked with patches of snow, as hedges sometimes in November.
Near him was seated John Alden, his friend, and household companion,
Writing with diligent speed at a table of pine by the window;
Fair-haired, azure-eyed, with delicate Saxon complexion,
Having the dew of his youth, and the beauty thereof, as the captives
Whom Saint Gregory saw, and exclaimed, 'Not Angles, but Angels.'
Youngest of all was he of the men who came in the Mayflower.

andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp; Suddenly breaking the silence, the diligent scribe interrupting,
Spake, in the pride of his heart, Miles Standish the Captain of Plymouth.
'Look at these arms,' he said, 'the warlike weapons that hang here
Burnished and bright and clean, as if for parade or inspection!
This is the sword of Damascus I fought with in Flanders; this breastplate,
Well I remember the day! once saved my life in a skirmish;
Here in front you can see the very dint of the bullet
Fired point-blank at my heart by a Spanish arcabucero.
Had it not been of sheer steel, the forgotten bones of Miles Standish
Would at this moment be mould, in their grave in the Flemish morasses.'
Thereupon answered John Alden, but looked not up from his writing:
'Truly the breath of the Lord hath slackened the speed of the bullet;
He in his mercy preserved you, to be our shield and our weapon!'
Still the Captain continued, unheeding the words of the stripling:
'See, how bright they are burnished, as if in an arsenal hanging;
That is because I have done it myself, and not left it to others.
Serve yourself, would you be well served, is an excellent adage;
So I take care of my arms, as you of your pens and your inkhorn.
Then, too, there are my soldiers, my great, invincible army,
Twelve men, all equipped, having each his rest and his matchlock,
Eighteen shillings a month, together with diet and pillage,
And, like Caesar, I know the name of each of my soldiers!'
This he said with a smile, that danced in his eyes, as the sunbeams
Dance on the waves of the sea, and vanish again in a moment.

Alden laughed as he wrote, and still the Captain continued:
'Look! you can see from this window my brazen howitzer planted
High on the roof of the church, a preacher who speaks to the purpose,
Steady, straight-forward, and strong, with irresistible logic,
Orthodox, flashing conviction right into the hearts of the heathen.
Now we are ready, I think, for any assault of the Indians;
Let them come, if they like, and the sooner they try it the better,—
Let them come if they like, be it sagamore, sachem, or pow-wow,
Aspinet, Samoset, Corbitant, Squanto, or Tokamahamon!'
andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp; Long at the window he stood, and wistfully gazed on the landscape,
Washed with a cold gray mist, the vapory breath of the east-wind,
Forest and meadow and hill, and the steel-blue rim of the ocean,
Lying silent and sad, in the afternoon shadows and sunshine.
Over his countenance flitted a shadow like those on the landscape,
Gloom intermingled with light; and his voice was subdued with emotion,
Tenderness, pity, regret, as after a pause he proceeded:
'Yonder there, on the hill by the sea, lies buried Rose Standish;
Beautiful rose of love, that bloomed for me by the wayside!
She was the first to die of all who came in the Mayflower!
Green above her is growing the field of wheat we have sown there,
Better to hide from the Indian scouts the graves of our people,
Lest they should count them and see how many already have perished!'
Sadly his face he averted, and strode up and down, and was thoughtful.

andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp;andnbsp; Fixed to the opposite wall was a shelf of books, and among them
Prominent three, distinguished alike for bulk and for binding;
Bariffe's Artillery Guide, and the Commentaries of Caesar,
Out of the Latin translated by Arthur Goldinge of London,
And, as if guarded by these, between them was standing the Bible.
Musing a moment before them, Miles Standish paused, as if doubtful
Which of the three he should choose for his consolation and comfort,
Whether the wars of the Hebrews, the famous campaigns of the Romans,
Or the Artillery practice, designed for belligerent Christians.
Finally down from its shelf he dragged the ponderous Roman,
Seated himself at the window, and opened the book, and in silence
Turned o'er the well-worn leaves, where thumb-marks thick on the margin,
Like the trample of feet, proclaimed the battle was hottest.
Nothing was heard in the room but the hurrying pen of the stripling,
Busily writing epistles important, to go by the Mayflower,
Ready to sail on the morrow, or next day at latest, God willing!
Homeward bound with the tidings of all that terrible winter,
Letters written by Alden, and full of the name of Priscilla,
Full of the name and the fame of the Puritan maiden Priscilla!

Miles Standish
Traduction de Henry Wadsworth Longfellow en Français

À l'époque de la vieille colonie, à Plymouth, au pays des pèlerins,
Aller et retour dans une pièce de son habitation simple et primitive,
vêtue de pourpoint et de boyau, et de bottes de cuir Cordovan,
Avançait, avec un air martial, Miles Standish le capitaine puritain.
Enfoui dans ses pensées, il semblait, les mains derrière lui, et s'arrêtant
À tout jamais pour voir ses armes de guerre scintillantes,
Suspendus en réseau brillant le long des murs de la chambre, -
Coutelas et corselet d'acier, et sa fidèle épée de Damas,
Courbée à la pointe et inscrite avec sa phrase mystique arabe,
Tandis qu'en dessous, dans un coin, il y avait une pièce de chasse, un mousquet et une allumette.
De petite taille, il était, mais fortement bâti et athlétique,
Large aux épaules, à la poitrine profonde, avec des muscles et des tendons de fer;
Brun comme une noix était son visage, mais sa barbe rousse était déjà
écaillée de plaques de neige, comme des haies parfois en novembre.
Près de lui était assis John Alden, son ami et househol d compagnon,
Ecrivant avec une vitesse assidue à une table de pin près de la fenêtre;
Cheveux blonds, aux yeux azur, au teint saxon délicat,
Ayant la rosée de sa jeunesse, et le beauté de celui-ci, comme les captifs
que saint Grégoire a vu, et s'est exclamé, 'pas des angles, mais des anges.'
Le plus jeune de tous était celui des hommes qui sont venus dans le Mayflower.

andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; Brisant soudain le silence, le scribe diligent interrompant,
Parla, dans la fierté de son cœur, Miles Standish le capitaine de Plymouth.
«Regardez ces armes», dit-il, «les armes guerrières qui pendent ici
Bruni et brillant et propre, comme pour un défilé ou une inspection!
C'est l'épée de Damas avec laquelle j'ai combattu en Flandre; ce plastron,
Et bien je me souviens du jour! une fois sauvé ma vie dans une escarmouche;
Ici devant vous pouvez voir la force même de la balle
Tirer à bout portant dans mon cœur par un arcabucero espagnol.
S'il n'y avait pas eu de pure acier, les os oubliés de Miles Standish
Seraient en ce moment de la moisissure, dans leur tombe dans les marais flamands. '
Sur ce, répondit John Alden, mais ne leva pas les yeux de son écriture:
' Vraiment le souffle du Seigneur a ralenti la vitesse de la balle;
Il vous a préservé dans sa miséricorde, pour être notre bouclier et notre arme! »
Le capitaine continua, sans tenir compte des paroles du jeune:
'Voyez, comme ils sont polis, comme dans un arsenal suspendu;
C'est parce que je l'ai fait moi-même et que je ne l'ai pas laissé aux autres.
Servez-vous, seriez-vous bien servi, est un excellent adage;
Je prends donc soin de mes bras, comme vous de vos stylos et de votre encrier.
Et puis, il y a aussi mes soldats, ma grande et invincible armée,
Douze hommes, tous équipés, ayant chacun son repos et son allumette, Dix-huit shillings par mois, avec régime et pillage,
Et, comme César, je connais le nom de chacun de mes soldats! »
Ceci dit-il avec un sourire, qui dansait dans ses yeux , alors que les rayons du soleil
Dansent sur les vagues de la mer, et disparaissent à nouveau dans un instant.
Alden a ri en écrivant, et le capitaine a continué:

«Regardez! vous pouvez voir de cette fenêtre mon obusier d'airain planté
Haut sur le toit de l'église, un prédicateur qui parle du but,
Stable, direct et fort, avec une logique irrésistible,
Orthodoxe, conviction éclatante dans le cœur des païens.
Maintenant nous sommes prêts, je pense, à toute agression des Indiens;
Laissez-les venir, s'ils le souhaitent, et le plus tôt ils l'essayeront mieux, -
Laissez-les venir s’ils le souhaitent, que ce soit sagamore, sachem ou pow-wow,
Aspinet, Samoset, Corbitant, Squanto ou Tokamahamon! '
andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; Longtemps à la fenêtre, il se tenait debout et regardait avec nostalgie le paysage,
lavé d'une brume grise froide, le souffle vaporeux du vent d'est,
forêt et prairie et colline, et le bord bleu acier de l'océan,
Couché silencieux et triste, dans les ombres et le soleil de l'après-midi.
Sur son visage flottait une ombre comme celles du paysage,
Des ténèbres mêlées de lumière; et sa voix était tamisée d'émotion,
Tendresse, pitié, regret, comme après une pause il procéda:
«Là-bas, sur la colline au bord de la mer, se trouve enfouie Rose Standish;
Belle rose d'amour, qui a fleuri pour moi au bord de la route!
Elle a été la première à mourir de tous ceux qui sont venus dans le Mayflower!
Vert au-dessus d'elle pousse le champ de blé que nous avons semé là-bas,
Mieux vaut cacher aux éclaireurs indiens les tombes de notre peuple,
De peur qu'ils ne devraient les compter et voir combien ont déjà péri! '
Malheureusement son visage il a évité, et a marché de haut en bas, et était attentionné.

andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; andnbsp; Fixé au mur opposé se trouvait une étagère de livres, et parmi eux
trois importants, distingués à la fois pour le volume et pour la reliure;
Guide d'artillerie de Bariffe, et les commentaires de César,
Hors de la Latin traduit par Arthur Goldinge de Londres,
Et, comme gardé par ceux-ci, entre eux se tenait la Bible.
Réfléchissant un instant avant eux, Miles Standish fit une pause, comme s'il doutait
Lequel des les trois qu'il devrait choisir pour sa consolation et son réconfort,
Que ce soit les guerres des Hébreux, les fameuses campagnes des Romains,
Ou la pratique de l'Artillerie, conçue pour les chrétiens belligérants.
Enfin en bas de son étagère il traîna le pesant romain,
s'assit à la fenêtre, ouvrit le livre, et en silence
tourna les feuilles bien usées, où les empreintes de pouce épaisses sur la marge,
Comme le piétinement des pieds, a proclamé que la bataille était la plus chaude.
Rien n'a été entendu dans la salle mais la plume pressée de l'adolescent,
Occupé à écrire des épîtres importantes, t o passez par le Mayflower,
Prêt à naviguer le lendemain, ou le lendemain au plus tard, si Dieu le veut!
Retour à la maison avec la nouvelle de tout ce terrible hiver,
Lettres écrites par Alden, et plein du nom de Priscilla,
Plein du nom et de la renommée de la jeune fille puritaine Priscilla!

Améliorer cette traduction

En raison du manque de temps et de personnel, de nombreuses traductions sont réalisées avec le traducteur automatique.
Nous savons que ce n’est pas le meilleur choix, mais cela suffit pour le rendre clair pour les visiteurs. de la chanson.
Avec votre aide et celle des autres visiteurs, nous pouvons faire de ce site une référence pour les traductions de chansons.
Vous souhaitez apporter votre contribution à la chanson Miles Standish Nous sommes heureux!

CRÉDITS

Soutenez les auteurs et les labels derrière sa création en l'achetant si vous le souhaitez.

Henry Wadsworth Longfellow

Miles Standish: traduction et paroles - Henry Wadsworth Longfellow
Henry Wadsworth Longefellow, vivant de 1807-1882, était un poète américain du 19e siècle, surtout connu pour des œuvres telles que «Paul Revere's Ride», «The Song of Hiawatha» et Henry Wadsworth Longefellow, vivant de 1807-1882, était un poète américain du 19ème siècle, surtout connu pour des œuvres telles que «Paul Revere's Ride», «The Song of Hiawatha» et «Evangeline» qui sont encore lues et étudiées aujourd'hui.

Miles Standish

Henry Wadsworth Longfellow a publié une nouvelle chanson intitulée 'Miles Standish' tirée de l'album 'The Complete Poetical Works of Henry Wadsworth Longfellow' et nous sommes ravis de vous montrer les paroles et la

Voici la liste des 15 chansons qui composent l'album. Vous pouvez y cliquer dessus pour en voir la traduction et les paroles.

Voici une petite liste de chansons que pourrait décider de chanter, y compris l'album dont chaque chanson est tirée:

Dernières Traductions et Paroles Ajoutées Henry Wadsworth Longfellow

Dernières Traductions et Paroles Ajoutées

Traductions les plus vues cette semaine

Vous avez jusqu'à présent amélioré
225
traductions de chansons
Merci!